Le point sur la pandémie de Covid-19 : l’OMS s’attend à une remontée du nombre de morts en Europe...

« Cela va devenir plus dur. En octobre, en novembre, on va voir une mortalité plus élevée. »

           

https://www.facebook.com/lemonde.fr/posts/10159327574447590

Environ 20 % de l'ADN humain provient des virus. Rien n'est pur en biologie, heureusement, et notre génome pas plus que le reste.

L’amour, comme la guerre, se fait à deux. Nous devons faire preuve d’une grande prudence avec les virus comme celui Covid-19, pour au moins quatre raisons ayant trait à l’évolution:

Les virus à ARN sont beaucoup plus anciens que nous, ils parcourent la planète depuis au moins trois milliards d'années alors que nous sommes une très jeune espèce africaine. Depuis des milliards d'années, les virus ont développé des stratégies pour infecter d'abord les bactéries, puis les plantes et les animaux multicellulaires.

Les virus respectent et obéissent à une logique simple: faire des copies d'eux-mêmes en utilisant les cellules des autres comme véhicules de diffusion. Ce sont des réplicateurs assez parfaits, avec une structure simple (un brin d'ARN entouré d'une capsule de protéines) qui minimise les ressources et les coûts pour maximiser les bénéfices d’un point de vue darwinien.

Les virus, en particulier les virus à ARN, mutent beaucoup plus vite que nous, car l'ARN est un acide nucléique instable. Celui de Covid-19 change assez peu car il possède un mécanisme efficace de correction des mutations, mais il est né d'une recombinaison génétique entre un virus de chauve-souris et celui d’un hôte intermédiaire, peut-être le pangolin. Quoi qu'il en soit, les virus courent plus vite que nous.

Enfin, Homo sapiens, en tant que mammifère social et mobile, est un excellent hôte pour les virus, tout comme les chauves-souris. Du fait de notre diversité génétique individuelle, qui est notre meilleure défense évolutive, Covid-19 nous affecte avec des conséquences très variables, qui vont de la maladie bénigne au décès. Mais cette stratégie évolutive reste payante: les hôtes avec peu de symptômes propagent mieux et plus longtemps le virus que des patients graves, vite isolés en soins intensifs.


+