Une mystérieuse hécatombe chez les baleines grises

Depuis le début de l’année 2019, plus de 350 de ces cétacés se sont échoués sur la côte pacifique de l’Amérique du Nord, du Mexique à l’Alaska. Des centaines, peut-être des milliers d’autres auraient péri en mer. Le réchauffement climatique fait figure de principal suspect.

           

https://www.facebook.com/lemonde.fr/posts/10159329542967590

Ah ah ah, le réchauffement climatique !

Vous êtes en plein délire.

Les océans se réchauffement à peine, encore moins que l'air (variations et non pas réchÔffeMent). La capacité calorifique de l'eau est plus de 4 fois supérieur à l'air (par kilo).

La masse de l'air par m3, est un peu moins de 1.000 fois inférieur; ce qui fait que la capacité calorifique de l'air est 4.000 fois inférieur à l'eau.

Pour le mettre en application essayez de réchauffer une casserole d'eau avec un sèche cheveux.

Sachant qu'un sèche cheveux sort à presque une centaine de degrés, combien de temps il faut pour modifier la température des océans à partir de l'air qui change de 0,1 °C ?

Enfin, je lis, ça est là que le réchauffement favoriserait l'évaporation !

Alors très bien, sachez que la chaleur latente d'évaporation (enthalpie d'évaporation) est de 2.300.000 de joules par kilo.

Autrement dit 1 kilo évaporé va refroidir 555 kilos d'eau de l'océan de 1°C.

Vous avez sous les yeux le plus puissant mécanisme de rétroaction (négative, comme la totalité des rétroactions naturelles d'ailleurs) qui limite le réchÔffeMent.

Les calories emportées par l'évaporation montent dans l'atmosphère et se dispersent dans l'espace.

Quand la raison sera revenu on pourra chercher pourquoi ces malheureuses baleines meurent (en admettant que cela ne soit pas naturel) !


+