Un célibat « libérateur » pour des femmes lassées de la vie de couple hétérosexuelle

« Dans notre pays, une grande partie des femmes qui vivent seules le vivent très bien, c’est la société qui le vit mal », analyse Céline Piques, la porte-parole d’Osez le féminisme !.

           

https://www.facebook.com/lemonde.fr/posts/10160331173452590

« Je ne veux pas passer mon temps à éduquer mon compagnon « mais qui vous le demande ? Lui ? J’en doute… et puis quoi ? le parfait homme est censé vous tomber entre les bras d’un coup comme ça ? Plus ça va plus vous êtes exigeantes et mauvaises. Communiquer, accepter et échanger avec l’autre c’est trop ? Et les hommes ils en pensent quoi de vous ? De vos réclamations incessantes ? De vos complexes ? De vos insatisfactions jamais clairement exprimées ? Et pour finir un homme vient d’une mère. Éduquez vos fils. Mais non… dès que vous avez un fils ça devient un petit prince irréprochable… quand il se met en couple c’est toujours la copine qui est en tord et après ça vient écrire sur une pancarte « le futur est féministe! » le futur est amour, estime de soi et respect.


Tout à fait ! Les choix des hommes - qui ont prévalu sur ceux des femmes depuis des millénaires, et prévalent encore dans les grandes lignes - ont des conséquences sur la société. Il ne s’agit pas - je crois - de faire un procès ou de rejeter l’homme en bloc (grand argument des anti-féministes, comme si toutes les féministes étaient lesbiennes, n’avaient jamais de mec, de fils ou de camarades au masculin, comme si on partait en guerre contre les hommes tous les matins…). Il s’agit plutôt de reconnaître les mécanistes sexistes qui existent dans notre société, tellement ancrés qu’ils survivent malheureusement aux changements de lois, même si certains continuent de nier à tout va. Bref de reconnaître les mécanismes sexistes pour faire évoluer la société, de manière plus égalitaire, plus juste et plus humaine. Mais demander cela semble le comble de l’extrémisme…


Ce qui me choque le plus, ( et qui m’a souvent donné envie de baisser les bras ) ce sont les commentaires virtuels et réels, de certaines femmes au sujet de cette lutte, qui concerne tout simplement l’égalité de leurs droits… Je peux à la limite comprendre les quelques hommes vexés, qui sont comme des enfants à qui l’on souhaiterait retirer la sucette, et je maintiens la non-généralité, puisque de plus en plus d’hommes soutiennent le féminisme. Mais les femmes qui s’opposent finalement à leurs propres droits à une vie plus juste, plus libre et plus évolutive ! WTF ?!



Dommage le reste de l article est réservé aux abonnés car j aurai bien aimé comprendre en quoi la notion de féminisme et la vie de couple hétérosexuel sont antinomiques ?
L intro de l article laisse à croire que pour être féministe et le vivre bien il faut rester entre même genre (ou p-e simplement sans le genre masculin), or je serai vraiment surpris si on arrivait à élever la réflexion en s isolant les uns des autres.
Ou bien est ce moi qui suit vraiment trop naïf ?(c’est peut-être le cas)
Les relations patriarcales, et au final matriarcales aussi, sont par définition toxiques car elles génèrent un dominant et un dominé. Ce n’est pas propre au patriarcat c’est simplement que celui-ci est historiquement plus répandu
Enfin sur le point de vue sexualité il serait intéressant de rappeler qu’une relation homosexuel peut aboutir au même dérives car cela reste un aspect purement humain. Il faut savoir l’identifier et s en extirper au plus vite.


Le problème n'est pas tant le couple, que la vision étriquée dans laquelle que ce soit homme ou femme l'insère et les attentes qu'on a envers l'autre, les projections. Alors que dans l'idéal ça doit être un propulseur individuel basé sur un amour inconditionnel commun qui n'est pas défini par une obligation de durée et où chaque couple invente ses propres règles (mariage ou pas; maison commune ou pas; fréquence des moments à deux: quotidien, hebdo, mensuel, annuel; enfant ou pas; lien exclusif ou pas....) et où chacun respecte l'unité de l'autre mais dans la réalité, on en est bien souvent loin, l'autre devient une propriété personnelle et alors là oh que oui le célibat est plus que LIBERATEUR.


Regardons s'agiter ces malheureuses dans les rues, les collectifs regardons gigoter ces femmes puissantes boursouflées de leur importance, qui vivent à cent à l'heure. Elles se battent, elles courent, elles caracolent derrière leur vie, et tout d'un coup, ça s'arrête, sans plus de raison que ça n'avait commencé et, la militante de base, la pompeuse PDG, la princesse d'opérette, l'enfant qui jouait à la marelle dans les caniveaux de Beyrouth, toi aussi à qui je pense et qui a cru en Dieu jusqu'au bout de ton cancer, tous, nous sommes fauchés, un jour, par le croche-pied de la mort imbécile et les droits de la femme s'effacent devant les droits de l'asticot. Alors, quelle autre échappatoire que le rire, sinon le suicide ? Poil aux rides ?
---- petite adaptation d'un texte de Pierre Desproges que je penses très a propos face a cet article.


Ca existe chez les hommes ça s'appelle les MGTOW: MGTOW est l'acronyme de « Men Going Their Own Way » (en français : Les hommes suivant leur propre voie). Ce nom fait référence au célibat volontaire revendiqué par les membres se réclamant de ce mouvement[réf. à confirmer]. Bien que les MGTOW prônent le célibat, il n'est pas nécessaire d'être célibataire pour être un MGTOW, car dans les faits, certains MGTOW ont de nombreuses relations à court terme, se livrent à des relations sexuelles par le biais de prostituées ou s'en tiennent à la masturbation. Il existe également des MGTOW qui choisissent de conserver leur virginité.

Positionnement
Positionnement masculiniste
Ce mouvement, qui fait partie de la sphère masculiniste, est considéré par ses détracteurs et divers chercheurs comme misogyne, antiféministe et haineux,,,,,,.

Le Southern Poverty Law Center a identifié la communauté MGTOW comme un groupe suprémaciste masculin, en la plaçant « aux frontières de la communauté incel haineuse ». Les « hommes qui suivent leur propre chemin » (MGTOW, se présentent comme des séparatistes masculins et ont choisi de se soustraire entièrement à l'influence négative des femmes.


Mais qu'est ce qu'elles me fatiguent les féministes à force.... La liberté c'est de laisser chaque femme décider de son propre bonheur, seule ou à deux. Je me sens pas moins femme parce que je vis en couple, je travaille je participe je vis ma vie en prenant soin de quelqu'un que j'aime, et ce quelqu'un prend soin de moi.
J'ai aussi vécu seule je me suis gérée seule, j'ai connu les deux, et bien je peux dire que je préfère rentrer et me sentir apaisée par l'amour de mon homme. Arrêtons d'être hypocrite on a tous besoin de tendresse. Une femme n'arrête pas d'être forte et indépendante parce qu'elle est en couple.


Laisser tomber une relation pour une "tâche de sauce de tomate"... Pour moi c'est une excuse pour sortir de la relation tout simplement ! Cette personne ne pourra jamais être en couple mais de là à critiquer les couples hetero il y a un fossé énorme, il y a l'amour, la passion et c'est vrai que tout le monde ne sait pas ce que c'est... Tous les hommes ne sont pas des monstres et beaucoup de femmes sont heureuses en couple fort heureusement...
Enfin si ces féministes sont bien comme ça qu'elles restent et qu'elles ne viennent pas gâcher des relations hetero


10ºOh pire ça me va les "femmes françaises" ont le droit de faire ce qu'elles veulent de leur corps... c'est juste la finalité qui n'est pas la bonne en vouloir à des gens qui ne sont pas bons c'est naturel mais en vouloir à tous les hommes ça ce n'est pas correct. De toutes façons leur place et opinions sera prise par des femmes qui auront enfanté au fil des années et est-ce que ça sera la même peut-être, peut-être pas étant donné qu'elles n'auront pas donné leur opinion à une autre génération enfantée. C'est juste à elles de trouver le bon compagnon, facile de rejeter la faute sur les autres


+