Au Burkina Faso, trente-quatre ans après, début du procès de l’assassinat de Thomas Sankara

Blaise Compaoré, frère d’arme et ami intime du « père de la révolution burkinabée », est le principal accusé des 14 prévenus jugés à Ouagadougou.

           

https://www.facebook.com/lemonde.fr/posts/10160362673017590

34 ans après le fait , c'est très difficile de récolter des preuves fiables , tangibles et irréfragables sur l'assassinat du Capitaine Thomas Sankara car dans le langage de la Police Scientifique , " le temps qui passe c'est la verité qui s'enfuit"
. En outre les survivants ayant vécu cette affaire sont rares car soit ils sont absents du Burkina soit décédés , une situation qui va encore compliquer la tâche des magistrats dans la recherche de la vérité . Certes on peut recourir aux archives déclassifiées de l'Etat français qu'on appelle les fiches roses mais des fois elles peuvent faire l'objet de trucage ou de falsifications , des actes que les services de renseignement ont tendance à recourir pour cacher la vérité .


+