Retraites : trois questions sur le retrait provisoire de l’âge pivot proposé par Edouard Philippe

Le premier ministre a annoncé retirer provisoirement l’âge pivot visant à équilibrer financièrement le système de retraite d’ici à 2027, dans l’attente d’une négociation avec les syndicats.

           

https://www.facebook.com/lemonde.fr/posts/10158451429582590

-__- Pourquoi mon commentaire a encore jarté ?! Je n'avais mis ni lien, ni rien de problématique. je débattais simplement du bien fondé de la réforme en elle-même et de l'enfumage de la notion de retrait "provisoire". D'où vient la censure sérieux ?!

Je recommence et je reposterai autant de fois que nécessaire (faut pas abuser, média libre tu parles...) :
1. C'est "provisoire", ils l'ont clairement annoncé, donc la mesure reviendra et, de plus, l'âge d'équilibre est conservé, même si l'âge pivot est repoussé (donc on ne déclenche plus en 2022 mais en 2027, wow, trop bien...).
2. La problématique n'est pas cette mesure qui n'est qu'un étendard et une diversion, c'est l'ensemble de la sape du système par répartition qui est en jeu. Le système par points (prétendument "universel"... blague) ouvrant la porte à la capitalisation privée est bien plus dangereux, à terme, que de repousser l'âge pivot (qui reste une chose inutile et horrible). Puisque non seulement on partirait donc plus tard mais, en plus, plus pauvres, ou du moins avec de profondes inégalités entre celles et ceux ayant pu recourir aux fonds de pension et complémentaires privées, et celles et ceux ne le pouvant pas (les prolos/pauvres, pour aller vite). Et ce sans compter la variabilité du point au bon vouloir de chaque gouvernement qui ne se gênera pas pour s'en servir comme d'un levier d'ajustement en le baissant s'il a besoin de liquidités (comme avec la sécu actuellement, le "trou de la sécu", n'étant que les gouvernements successifs piochant dans la caisse).

Donc non, pas de "négociation" à envisager tout court. Il faut retirer cette réforme profondément injuste et favorisant les classes les plus riches et ensuite discuter de "rééquilibrer" un système qui n'est pas déséquilibré de base, mais qu'on a sciemment rendu malade par des cadeaux aux plus aisés et de la sape consciencieuse... Tout est ainsi "faux", du problème de base à sa résolution biaisée. S'ils retirent cette réforme et reconnaissent avoir agi en faveur des privilégié-e-s, en cassant systématiquement les services publics, là on discutera de comment les rendre à nouveau opérationnels et non de les vendre par petits bouts pour aggraver les choses... Pas avant.


+