Vous êtes bloqué.e.s à l’étranger et souhaitez rentrer en France ? Témoignez

[APPEL A TEMOIGNAGES] Vous êtes à l'étranger dans l’attente d’un retour en France ? Racontez-nous comment se déroulent vos démarches et, le cas échéant, à quelles difficultés vous êtes confronté.e.s.

           

https://www.facebook.com/lemonde.fr/posts/10158710475137590

Bonjour,

En ce qui me concerne je suis bloqué en province. J'attends toujours que le gouvernement m'envoie un vol de rapatriement vers Paris intramuros, car ici les indigènes commencent à se montrer hostile envers mon groupe de civilisés et moi-même, et nos vivres détoxs commencent à manquer. Ce peuple premier semble penser que nous représentons pour lui une menace sanitaire et morale. On croit rêver.

Hier nous avons tenté d'entrer en contact avec eux, en nous joignant à leur communion spirituelle au sein du temple du village. Celui-ci se présente comme une étrange cahute surmontée d'un losange rouge à pictogrames blancs. Ils semblent y vénérer leurs dieux en constituant un mur d'offrandes - principalement des grappes de tabac - placé dos au gourou et dont il a la garde. Ils y prient en balbutiant dans une langue inconnue des syllables abreuvées d'une attroce liqueur à base de malt.

Bien évidemment, nous avions été prévenus par notre tour operator que notre séjour réserverait des quiproquos culturels - même si l'on ne croit vraiment à l'absence de métro que lorsqu'on le voit, même prévenu ! - et une parenthèse volontouriste a même pu se tenir. Nous avons ainsi pu offrir à un pauvre paysan démuni, une création de compte twitter avec achat de followers. Celà nous a probablement rapproché de cette communauté isolée, bien que ce pauvre bougre s'est montré très réservé - pour ne pas dire ingrat - sur notre générosité.

Mais depuis le confinement les choses ont changé. L'on sent une tension palpable dans l'air, notre présence n'est plus tolérée. Pas plus tard que ce matin, l'un de ces pygmées nous houspilla alors que nous l'instagramisions. Les signes ne trompent pas, nous sommes désormais en danger.

Alors j'en appelle à nos amis ministériels : faites votre devoir, ramenez-nous.


+