Coronavirus : alerte sur l’état de santé mentale des internes en médecine

« La fatigue, les morts… En service de réanimation, on prend toujours quelques années à chaque garde, mais peut-être un peu plus en ce moment. »

           

https://www.facebook.com/lemonde.fr/posts/10158952802387590

Pensée émue aux policiers qui ont participé à une entrée dans le Bataclan lors de l'attaque islamiste, qui ont ramassé et marché sur des corps sans vie pour en sauver d'autres. Tout cela bien entendu au peril de leurs vies étant donné que 3 assaillants étaient encore dans la salle de spectacle. A cette époque, certains que je connais ont été extrêmement traumatisés par cela, mais je n'ai pas en mémoire un seul article de journal qui les a "aidé" ni moralement ni médiatiquement. Pour moi, ceux qui ont fait cela sont des héros contrairement au personnel hospitalier qui soigne des gens mal en point et qui certes voient des morts mais pas dans des conditions qui doivent choquer, ça reste une maladie des poumons. Rien à voir avec les images, l'odeur du sang, les cris de gens mutilés, les téléphones qui sonnent d'une famille qui n'arrivera plus à joindre son fils, sa fille, et surtout la quantité de corps...


J'ai aussi envie de dire : pauvres petits ! Aujourd'hui on veut devenir médecin, avoir les revenus qui vont avec, mais bosser en horaires de bureau, s'installer à Paris (7, 8, 16ème de preference svp), à Neuilly, Versailles ou sur la Côte d'Azur, pratiquer allègrement le dépassement d'honoraires et ne pas voir la mort ? Eh les gars ! Faut vous frotter un peu à la réalité, non ? Alors certes, les internes font des heures pas possibles et son payés au lance pierres, mais ce n'est pas un raison valable pour chouiner après deux mois d'épidémie. Pensez à ces médecins qui ont risqué leur vie (Yersin, Chalmette, Curie) ou leurs carrières (ceux qui ont pratiqué les premières transplantations, par exemple), à ces médecins de famille dans des bourgs paumés, dans des villes moyennes qui bossaient sans compter leurs heures, se déplaçant en pleine nuit en cas d'urgence, dévoués à leur patientèle.


+