5 commentaires

Ridicule. L'être humain est plus complexe que ça en a l'air. Je soutien l'idée d'un oui qui n'en est vraiment pas un et que seul le language corporel le confirme ou l'infirme. Mais acceptez aussi qu'un non peut également être un oui. Tronqué cette partie, c'est voilé la réalité des choses. C'est donc pour dire que parfois le non représente un oui déguisé surtout du côté des femmes. Depuis la nuit des temps on a appris aux femmes à ne pas se laisser facilement aux hommes. Donc il serait pour elle judicieux de montrer un certain désintérêt avant de se laisser. Ce qui amène certaines femmes à dire non quand bien même elle meurent d'un oui absolu. Et le language corporel le montre en ce sens que si tu la laisses, elle ne te dira jamais en retour oui, mais elle, à son tour, te provoque, te touche, te gêne de sorte que tu reprennes ton action de départ et tout ça devient excitant, coquin et alimente plus la relation... Alors vos bêtises de non c'est non ne sont pas acceptable. Vous voulez transformez les gens en robot or l'homme est plus complexe que ça.

Link: http://www.vin3.org/index.php?c=article&cod=119805&lang=FR#vin3Comment-547848
----------------------

Non il n'y a rien de difficile à comprendre dans le consentement, le consentement c'est dire oui et ce quel que soit le moment, on peut tout à fait changer ce consentement dans la durée, le consentement n'est pas un contrat, c'est une information. Ne pas respecter un consentement en terme sexuel est un délit parce que c'est un viol, et un viol c'est criminel. Le coupable ne peut pas dire qu'il ne savait pas que c'était non ! Alors vous pouvez faire autant de masturbation intellectuelle que vous voulez ce constat là vous ne pourrez pas le changer. #jesuislà

Link: http://www.vin3.org/index.php?c=article&cod=119805&lang=FR#vin3Comment-547849
----------------------

François Legault ne nous demande pas notre consentement dans tous les cas durant cette pandémie. Ce qui donne le sentiment d'être violés pour plusieurs. ''Tu dois faire ceci ou cela pour ton bien et celui des autres!'' Si nous contestons un peu trop, nous sommes punis. Mes rêves sont teintés d'un sentiment d'être violée, enfermée ou agressée depuis le début de la pandémie. Nous avons beau être rationnel, l'animal au fond de nous supporte difficilement d'être contraint. Il se débat émotionnellement, comme on se débattrait si un mec tentait de nous retirer nos vêtements. On n'est pas au stade du viol proprement dit, mais disons que le chandail est retroussé et que le type nous a mis les mains au cul. La pandémie est vécu pour plusieurs comme un abus. Oui, la ligne est parfois difficile à tracer lorsqu'il s'agit de consentement. Mes grand-mères devaient êtres soumises à leur maris sexuellement pour le bien de la nation. Il fallait peupler le Québec. Vous voyez bien au fond que tout cela est une question de croyances, de valeurs, de principes. Même si on essai de nous convaincre que c'est pour notre bien et celui des autres, si nous nous sentons agressés, aucune parole ne pourra rien y changer, même la raison. Il faut apprendre à connaître cet animal en nous, car nous vivons dans une époque où on fait tout pour nous empêcher de le rencontrer en rationalisant absolument tout. Cet animal commence à étouffer.

Link: http://www.vin3.org/index.php?c=article&cod=119805&lang=FR#vin3Comment-547850
----------------------

Avant tout, il faut replacer la question du consentement dans une perspective plus large. Les rapports entre les hommes et les femmes, comme entre tous êtres humains quels qu'ils soient d'ailleurs, reposent d'abord sur la biologie, et dans le cas qui nous occupe sur la stratégie reproductive.
L'objectif fondamental de tout être vivant, animal ou plante, est de se reproduire. Il est fait pour cela, sinon il n'existerait pas, ses ancêtres ne s'étant pas reproduits. Dans les espèces sexuées, et en particulier dans la nôtre, il existe une très grande différence entre les fonctions reproductives et donc les stratégies reproductives du mâle et de la femelle : le mâle peut avoir un nombre d'enfants illimité, la meilleure stratégie pour lui est donc d'avoir le plus de rapports sexuels possibles avec le plus grand nombre de femelles possibles pour concevoir le plus dz descendants possibles. Ceci est tempéré par le fait que l'être humain nait immature et met plus de dix ans (maintenant vingt ) pour devenir autonome, ce qui implique qu'il a besoin d'adultes pendant un temps très long. Le mâle a donc intérêt à concevoir moins d'enfants qu'il ne le pourrait mais à s'en occuper lui aussi pour qu'ils atteignent eux-mêmes l'âge de se reproduire. Il est donc partagé entre ces deux impératifs contradictoires. S'ajoute alors sa peur de consacrer du temps et de l'énergie à élever un enfant qui ne serait pas le sien, cette peur expliquant aussi beaucoup de choses. La situation de la femelle est très différente : elle ne peut avoir qu'un nombre limité d'enfants durant la période où elle est féconde, disons une quinzaine au maximum. Elle a donc intérêt à ne pas concevoir avec le premier venu et ainsi griller une de ses rares cartouches sans discernement. Elle sera donc bien plus sélective que le mâle, son choix reposant sur deux critères : qualité supposée du patrimoine génétique du partenaire potentiel, et aptitude et volonté supposées de celui-ci à participer à la protection et l'éducation de l'enfant conçu ensemble pendant un temps assez long. Là encore, ces deux critères peuvent rentrer en concurrence et en contradiction.

Ce schéma des stratégies reproductives explique les différentes configurations des rapports hommes/femmes que les sociétés ont mis et mettent en place. Sur un schéma de départ biologique, la culture ajoute différentes couches (légales, sociales, culturelles, médicales et morales) qui le modifient profondément. Mais il ne disparaît jamais, pas plus à notre époque qu'auparavant.

Pendant des siècles, voire des millénaires, les sociétés ont régulé ces relations hommes/femmes en instaurant une morale fondée sur la virginité des femmes avant le mariage, la fidélité (surtout féminine) dans le mariage, et en général un contrôle particulier des femmes au sein de la famille et dans la société, tout ceci pour garantir l'intérêt reproductif du groupe. Les hommes étaient eux-aussi enfermés dans ce carcan, même si le poids ressenti était probablement moins lourd pour eux, quoique...
Les évolutions du XXème siècle sur le plan médical (chute de la mortalité avant d'avoir atteint l'âge adulte), technique (contraception), économique (tertiarisation et féminisation de l'emploi salarié) et légaux (avortement, divorce, autonomie féminine) ont rendu caduque cette organisation de la société et les valeurs morales qui allaient avec.
Aujourd'hui, de nouvelles conditions entraînent une évolution des valeurs morales associées aux rapports entre les sexes, la première et quasiment unique devenant le consentement. Ceci présente des avantages et des inconvénients. Au rang des avantages, une plus grande liberté pour les individus, un plus grand respect des aspirations de chacun, notamment des femmes, par la société qui y gagne une plus grande créativité de ses membres et une participation accrue des femmes à la vie sociale dans tous ses aspects. Du côté des inconvénients, une plus grande instabilité des familles, mais surtout le remplacement de valeurs très lisibles car univoques par une valeur plus complexe, le consentement, qui aura certainement besoin d'encore pas mal d'années pour trouver une forme stable et faisant consensus.


Link: http://www.vin3.org/index.php?c=article&cod=119805&lang=FR#vin3Comment-547851
----------------------

TURE

SPORT

AUTO

VOYAGE

HIGH-TECH

BRICOLAGE

WEEK-END

RESTAURANT

PHOTO

LIFESTYLE

GUIDES D'ACHAT
BONS PLANS
CARTE DE VOEUX

DICTIONNAIRE
JEUX

COPAINS D'AVANT

SALON LITTÉRAIRE

AVIS DE DÉCÈS
MENU
Pour votre rentrée, profitez de la nouvelle SFR Box 8PUBLICITÉ
Pour votre rentrée, profitez de la nouvelle SFR Box 8
SFR
80Go à seulement 10€/mois : ma rentrée, mes gigas, mes apps, nos appels !PUBLICITÉ
80Go à seulement 10€/mois : ma rentrée, mes gigas, mes apps, nos…
SFR

L'Internaute > Citations > Liberté > Jean Rostand

Rechercher une citation
Envoyer

Tous les thèmes | Tous les auteurs | Les mieux notées | Les plus commentées | Exploration | Top recherches Les derniers avis

La grande faiblesse des régimes de liberté, c'est que chacun y est libre de clamer qu'on ne l'est pas."


Link: http://www.vin3.org/index.php?c=article&cod=119805&lang=FR#vin3Comment-547852
----------------------